Félix au cinéma

 

"Félix au cinéma" est une bande dessinée délicieusement désuette.

 

Constitué de 30 planches, le livre n'en consacre pourtant que 4 au cinéma. Il est vrai que parler de cinéma faisait  "tendance" dans les années 30.

 

Félix est apparu sur les écrans en 1919, avec "Feline Follies".

 

 3 ans, auparavant George Herriman avait adapté au cinéma son personnage de Krazy Kat.

 Ce célèbre comic strip, considéré par certains comme la source de la BD américaine a été publié pour la première fois en 1913 dans le New-York Evening Journal.

 Krazy Kat, génial précurseur a indéniablement inspiré son brillant successeur, Félix.

 

 L'Histoire étant faite de retournements de situation, lorsque la carrière cinématographique de Krazy Kat sera relancée en 1925, le personnage s'inspirera alors graphiquement de Félix le chat!

 

Le saviez-vous? Félix est un "multimédia" avant l'heure. Apparu à l'écran en 1919, transposé en BD en 1922, c'est sa figurine de papier mâché, haute de 13 pouces, qui sera la première image télétransmise en 1928 aux USA!

 (Les ingénieurs estimaient que Félix constituait le candidat idéal aux premiers essais de télévision: formes simples et marquées du personnage , peint en noir et blanc, popularité auprès d'un public large, caractère fantasque et imaginatif de Félix etc.).

 

                  

Auteur: Pat Sullivan

 

Année: 1932

 

Editeur: Hachette

 

Descriptif: couverture cartonnée. 32 pages en couleur.

 

Synopsis:

 

Les 4 planches consacrées au cinéma soulèvent d'intéressantes questions, non pas par la puissance narratrice des histoires qu'elles relatent, mais par la subtilité des sujets qu'elles sous-tendent.

 

Qu'on en juge:

 

- page 14: Spectateurs indésirables.

Comment resquiller son entrée au cinéma en usant d'un subterfuge classique, celui du déguisement en homme,  constitué comme il se doit pour des êtres de petite taille d'un empilement de chats à l'intérieur d'un long manteau, dont ne sortent en bas que les pieds, et au sommet une tête grossièrement masquée. La démarche mal assurée de l'imposant personnage attirera bien vite l'attention du guichetier, qui procédera sans retenue à l'expulsion immédiate des matous matois!

Intéressante pantalonade sur le caractère sélectif des admissions dans les cinémas: sélectivité fondée sur l'argent, mais aussi la couleur de peau.

 

- page 15: Une soirée mouvementée

Captivés par l'intrigue du film, les neveux de Félix se jettent sur l'écran, pensant ainsi sauver  l'acteur qui ressemble à leur oncle. La séance s'achêve prématurément dans la "plus grande confusion", pour ne pas dire en pugilat général.

 Saynête décrivant le phénomêne cathartique auquel est  exposé tout spectateur, à des degrés divers cela s'entend...

 

- page 16: Félix tourne un film.

Si les exploitants de salle de cinéma nous en refusent l'accès, qu'à cela ne tienne.. nous ferons nos propres films!

Félix achète donc une caméra qu'il décide de tester aussitôt. "Surfant' sur la vague et vogue des stations balnéaires, très prisées depuis le début du siêcle, Félix choisit comme lieu de tournage une plage de sable fin. Il y fait une rencontre des plus charmantes, lourde de conséquences quant au développement de l'intrigue...

Le cinéma amateur remonte pour ce qui est de la France à Noël 1923, avec le lancement de la caméra Pathé Baby. Cf l'ouvrage consacré aux truquages amateurs.

 

- page 17: Une surprise

Les neveux de Félix filment leur oncle à son insu, alors que ce dernier subit les charmes d'une fille qui n'est pas sa fiancée officielle. La surprise est effectivement de taille lorsque Félix projette ledit film -non encore visionné bien entendu-  en présence de sa promise...!

De toute évidence, l'auteur traite ici du droit à l'image, et d'une toujours possible instrumentalisation malveillante des images.